mercredi 30 mai 2012

Tome 1 : Rouge Rubis - Kerstin Gier

10 commentaires

Résumé :

Gwendolyne a 16 ans. Elle vit à Londres. Vie normale, scolarité normale dans une grande école privée, famille normale, en apparence… Car cette famille a un secret : certaines filles sont porteuses d’un gène qui leur permet de voyager dans le temps.




Mon avis :

J'en avais lu beaucoup de bien, du coup j'ai eu envie de lire le premier tome. Je n'ai qu'un regret, ne pas avoir acheté les tomes 2 et 3 en même temps...


Commençons par les personnages, nos deux héros Gwendolyne et Gidéon. Complétement à l'opposé l'un de l'autre, ils s'accordent parfaitement bien. Leurs scènes ensemble sont à mon avis les plus réussies du roman. Ils ont une sorte de complicité naturelle qui les rend irrésistibles. Évidemment comme on suit Gwen, je me suis plus attaché à elle, tellement naturelle et perdue dans cet univers; elle est simple, elle pourrait vraiment être une copine de classe. 
Pour Gidéon, c'est un peu plus compliqué de s'attacher à lui, on le connait assez peu finalement, mais ce mystère fait surement partie de son charme. J'ai hâte d'en savoir plus et de le voir un peu voler en éclat.

Si je les ai apprécié, j'ai par contre eu un gros coup de cœur pour Paul et Lucy, même s'ils n'apparaissent pas beaucoup, en tout cas pas autant que j'aurai aimé.  Toute la théorie autour d'eux me semble trop simple, j'ai envie d'en savoir plus, j'ai envie de les suivre eux, en fait. Leur relation, leur histoire, leurs secrets, je veux tout connaître !

J'adore les histoires de voyages dans le temps en général, celle-là ne fait pas exception. Pouvoir aller dans le passé, toutes ces règles à suivre (si on ne veut pas effacer sa propre naissance et créer un paradoxe par exemple), je trouve que ces un sujet passionnant. J'ai aimé la manière dont c'est traité, plutôt originale.
L'humour de Gwen est également un point important du livre, dans cet univers très sérieux (et prise de tête) qu'elle pénètre, sa dérision est une vrai bouffée d’oxygène. Heureusement qu'elle est là !
 D'original et divertissant, Rouge Rubis devient quasiment impossible à lâcher quand l'auteur y ajoute des Templiers, des Mystères, un prophétie et un curieux appareil qui peut servir à détruire/dominer/sauver le monde (rayer les mentions inutiles).


Bref les héros m'ont plus, et l'histoire est passionnante. Mais il y a quand même quelques défauts.
J'ai trouvé les personnages secondaires un peu trop caricaturaux, et certaines choses assez prévisibles. Je ne veux pas spoiler donc je n'en dirai pas plus, mais ça manque un peu d'originalité sur les rapports entre les personnages. Sans oublier les prophéties, qui ne sont quand même pas si difficiles que ça à comprendre. Un peu déçue de ce côté-là, mais ce n'est que le premier tome, peut-être que je me suis lourdement trompée sur mon interprétation !

Une excellent lecture, très divertissante. En attendant de publier mon billet pour la LC, j'ai couru acheté la suite. Il y a donc de fortes chances pour que les autres billets soient en ligne dans les prochains jours ! Stay Tuned !

Lu pour une LC avec : Linadriel - Dex -Arcaalea - Laetichouuxx - Alexia77 - Babynoux - Lizi -Myiuki22 - Styx2005- Simi - Kassandra -Jenn - Acsylé - Frankie - Isallysun - Flof13 - Paikanne



Tome 3 : La guerre de la Sor'cière - James Clemens

3 commentaires
 
Résumé :


 La magie sanglante est un pouvoir ravageur...
La jeune Elena le tient entre ses mains - et bien plus encore. Car le sort de tout Alaséa dépend du Journal Sanglant, un puissant talisman forgé cinq siècles plus tôt. Seuls les secrets contenus dans ses pages permettront à Elena de vaincre le maléfique Seigneur Noir. Malheureusement, le Journal Sanglant est caché à Val'loa, la cité légendaire sur laquelle règne Shorkan, le bras droit du Seigneur Noir.
Pour s'en emparer, Elena aura bien besoin de ses compagnons, dont le guerrier manchot Er'ril, le seul homme qui sache comment en déverrouiller les protections magiques, ou encore son dragon Ragnar'k...



Mon avis :


Avec un grand plaisir j'ai entamé ma lecture, mais il m'a laisse un petit gout de déception en comparaison du deuxième tome.


Dès le début du roman ça va très vite, on est replongé dans l'action tout de suite. Si l'ambiance est beaucoup moins angoissante que dans le livre précédent, elle n'est pas très joyeuse pour autant. Trahisons, morts, grosses bébêtes méchantes, bref la panoplie est ressortie.
On rencontre très peu de nouveaux personnages, et c'est tant mieux, on en a déjà à suivre ! J'ai trouvé dommage que certains soient un peu laissés de côté, même si c'est logique. Le groupe c'est séparé, Élané part pour Val'oa alors qu'une partie de ses compagnons part pour le nord. On suit principalement Éléna et la bataille qu'elle prépare, cette partie du roman suffit d'ailleurs, les différents points de vue des personnages se succèdent, chacun apporte sa pierre à l'édifice, du coup on est toujours dans le feu de l'action sans jamais avoir le temps de s'ennuyer.

Pas mal de rebondissements, de révélations aussi (Légion... Nooooooooon !), tout ce qu'il faut pour donner envie lire la suite. La recette de James fonctionne bien, sa plume est prenante.


Pourquoi ce livre m'a déçue alors ? Et bien j'ai trouvé certaines solutions un peu faciles, deux exemples au hasard, attention spoiler inside !

- Donc pour transformer son frère et son bâton en arme, Éléna doit sacrifier un peu de sa vie. Je suis la seule que ça choque que comme part hasard, alors qu'elle et Er'ril se rapprochent dangereusement,  et qu'elle est un peu jeune quand même pour tak-tak, paf un coup de magie qui par hasard la fait vieillir juste assez pour semblait être prête pour entamer une relation amoureuse avec le manchot ? Sûrement la solution anti-tension sexuelle la plus naze que j'ai jamais lue (n'oublions pas que même si elle semble plus âgée, c'est toujours une ado, donc c'est toujours quand même un peu borderline leur relation)

- Scène dans le lac, des gros méchant skal-tum attaquent, et que font nos héros ? Ils leurs balancent des filets de pécheurs. Et comme les skal-tum sont pas bien dégourdis entre leur griffes, leurs dents et tout leur attirail de bêtes terrifiantes, ils n'arrivent pas à se dégager des filets et se noient ? WTF ? Sérieusement, sur ce coup-là James nous prends un peu pour des carottes quand même. Ou alors c'est moi qui cherche du crédible dans un roman de fantasy et qui me prend la tête, ou qui aime que les héros souffrent et meurt. Mais non, j'adhère pas, trop facile.

Spoiler finit.


 Oui je chipote un peu je sais, mais sur le coup ça m'a gêné. Je lirai quand même la suite avec grand plaisir, les personnages sont toujours aussi intéressant, et l'histoire est bien mené, j'adore cette saga, même si ce tome est un peu en dessous du deuxième.


Lu dans le cadre d'une LC avec : Ptitelfe - Didie8921 - Vepug - Stelphique - Kllouche - Luna - Didikari
 - Mimigigotte -Bambi-Slaughter

lundi 28 mai 2012

Tome 2 : Crescendo - Becca Fitzpatrick

1 commentaires
 
Résumé :
Nora aurait du deviner que sa vie était loin d'être parfaite. Même en entamant une relation avec Patch, son ange gardien (qui, malgré son nom, n'a rien d'angélique) et en survivant à un tentative de meurtre, les choses ne sont toujours pas au beau fixe. Patch prend du recul et Nora n'arrive pas à savoir si c'est pour son bien ou si ses intérêts se sont juste reportés sur son ennemi mortel : Marcie Millar. Sans oublier que Nora est hantée par des images de son père et elle devient obsédée par l'idée de découvrir ce qu'il s'est vraiment passé la nuit où il a quitté Portland pour ne jamais y revenir.

Plus Nora s'enfonce dans le mystère de la mort de son père, plus elle se demande si sa lignée Néphilim n'aurait pas quelque chose à voir avec tout ça. Expliquant aussi pourquoi elle semble plus en danger que n'importe quelle fille. Patch ne répondant pas à ses questions et se mettant dans son chemin, elle doit essayer de trouver les réponses par elle-même mais se reposant sur l'idée qu'elle a un ange gardien, elle prend de plus en plus de risques. Peut-elle vraiment compter sur Patch ou cache-t-il des secrets encore plus noirs que ce qu'elle peut l'imaginer ?



Mon avis :

En un mot : dévoré.

J'avais lu sur plusieurs blog que ce tome était moins bon, mais personnellement je l'ai trouvé bien meilleur, plus intense, plus réfléchi, plus adulte. Un excellent moment.

La relation entre Nora et Patch (argh, je supporte toujours pas ce nom) prend un tournant. Elle prends conscience de ce que leur amour fait courir comme risques à l'homme (je vais éviter de répéter trop souvent ce nom), du coup elle prends les décisions qui s'imposent. On suit parfaitement ses doutes, ses certitudes, ses envies et ses angoisses. Elle change, devient adulte et pour ça certaines décisions sont difficiles à prendre et elle l'apprends très vite. J'ai vraiment adoré son évolution sentimental. Mais rassurez-vous elle reste en partie elle-même, toujours aussi impulsive. Elle devient aussi assez drôle dans ce tome, sans vouloir spoiler, un scène m'a vraiment fait éclaté de rire (pour ceux qui l'ont lu : Nora et Vee revienne de la plage et se rendent compte que leur voiture est bloquée, et en face d'elles ce trouve un certain 4x4... Il faut se méfier d'une femme jalouse et énervée...).
Patch change aussi, il semble perdu, en tout cas il semble désespéré, il tente de trouver une solution, mais l'attitude de Nora ne l'aide pas vraiment. Il semble plus humain, plus touchant. Mais toujours aussi mystérieux, évidemment sinon c'est pas drôle... Et le détail super important (pour moi en tout cas) on apprends enfin son vrai nom !

Concernant les autres personnages, il y a Vee citée un peu au-dessus. La meilleure amie de Nora, j'adore leur relation, très complices, pourtant à l'opposée sur beaucoup de points, mais toujours présentes l'une pour l'autre.


L'histoire aussi avance, comme je l'ai déjà dit, l'ensemble est plus intense. Plus sombre aussi, les thèmes abordés ne sont pas simplement ceux qu'on peut s'attendre à trouver dans une romance paranormale YA. Un sentiment de malaise s'installe au fur et à mesure que les certitudes de Nora s’effondrent, les révélations se succèdent, au point de se dire que ça ne peut pas être pire pour elle (je fais confiance à l'auteur, se sera sûrement pire dans le prochain, pauvre Nora).
La mythologie de l'histoire s'approfondit également, de nouvelles menaces se découvrent, on en apprends plus sur les anges, les archanges, les Néphilim et tout les autres.

En quelques mots, un deuxième tome qui est une réussite, à tout les points de vus. Silence, le tome 3 est dans ma PAL...
A très vite !

Absolument dé-bor-dée ! Ou le paradoxe du fonctionnaire - Zoé Shepard

6 commentaires
Résumé :
Embauchée après huit années d'études supérieures dans une mairie de province, Zoé Shepard a vite déchanté. Plongée dans un univers où incompétence rime avec flagornerie, ses journées sont rythmées par des réunions où aucune décision n'est prise, des rapports qu'elle doit rendre en 10 jours (quand deux heures suffissent), des pots de bienvenue, de départ, d'anniversaire. Sans oublier les séminaires " de formation ", les heures à potiner à la cantine et à la machine à café, les chefs " débordés " par les jeux en ligne et les préoccupantes interrogations de tous sur les destinations de vacances et autres RTT... Chargée de mission dans un service fourre-tout, truqueuse patentée de notes administratives, agent de voyage pour délégations étrangères et hocheuse de tête en réunion, Zoé Shepard raconte avec un humour mordant ses tribulations de fonctionnaire désespérée dans un univers bien pire que tout ce que vous pouviez imaginer.



Mon avis :

Soyons clair, ce que Zoé raconte pourrait être drôle, mais pour ça il aurait fallu que sa plume soit moins prétentieuse, et que celle qui la tient soit moins gonflante... 


Pour une fois je vais commencer par ce que je n'ai pas aimé.

Bon en gros, Zoé elle est méga intelligente, elle a fait pleins d'études, elle est trop forte, et manque de bol elle a été embauché dans une mairie pleine d'idiots, quand ils ne sont pas complétement stupides ces collègues/supérieurs hiérarchiques sont simplement incompétents/arrivistes/harceleur sexuel (mais quand même un peu stupides aussi). Bref, vous comprenez bien que cette pauvre Zoé, surdiplomée par rapport au poste qu'elle occupe n'en puisse plus, entourée de pareil bras cassés, elle ne s'en sort que grâce à l'humour, qu'elle veut caustique, mais qui est juste gonflant, parce que 300pages de langue de putage c'est long et lassant...

Elle est exécrable, personne ne trouve grâce à ses yeux, j'aimerai qu'elle m'explique comment ils ont fait pour réussir les concours pour avoir leurs poste ? Même si elle démontre (à plusieurs reprises, répétitions doit être son deuxième prénom) que les hauts fonctionnaires peuvent facilement trouver une place pour le fils de truc et la maîtresse de machin, et que donc le concours n'est visiblement pas obligatoire pour tous, je pense que la majorité de ces collègues ont du le passer. Et que donc (peut-être) qu'elle noircit légèrement le tableau en nous expliquant que certains ont un QI inférieur à celui d'une crevette.
Elle nous prends un peu pour des quiches au jambon quand même...

Parlons du style. Souvenez-vous, le lycée, les profs, les devoir à rendre en Français et en phylo, quand il était clairement sous-entendu que des mots de plus de trois syllabes dans des phrases à la tournure pompeuse étaient les bienvenues. N'hésitez surtout pas à rajouter des figures de style, c'est la classe. Un beau schéma propre et clair sont vos amis. Égayez-le tout de citations et paf, bonne note de siècle.
Voilà le style de Zoé... Back to highschool !


L'histoire est drôle, c'est vrai, même si c'est plus de l'humour de situation, celles-ci sont quand même divertissantes. Je pense même qu'on peut parler de burlesque ici, tant le décalage entre d'un côté les missions et l'importance de son milieux professionnel (on parle quand même des gens qui gèrent le pays) et de l'autre la trivialité des personnes qui l'entoure et sa propre bêtise est importante.
C'est assez particulier comme humour, tout repose sur l’exagération, il faut aimer rire au dépends des autres, ou plutôt rire d'eux, parce que ce sont eux les personnages drôles et pathétiques de bêtises à la base...
Le mot clés ici c'est "à la base"... Personnellement j'ai très vite commencé à rire de Zoé, qui dans son arrogance ne se rend pas compte que c'est elle qui passe pour une andouille...


Voilà, j'avais écrit que je commencerais pas le négatif, je finit donc mon billet sur du positif...
...
...
...
Le livre ne fait que 300 pages, donc se lit vite, et s'oublie ensuite... Et ça c'est bien...

Je sais, vous vous demandez pourquoi je l'ai lu en entier ? Moi non plus je ne sais pas... Espoir, masochisme, sentiment d'avoir accompli un exploit...

Allez vite je fouille dans ma PAL pour me laver le cerveau, si vous avez un conseil lecture n'hésitez pas mes chers lecteur !



samedi 26 mai 2012

Tome 1 : Hush Hush - Becca Fitzpatrick

4 commentaires
 
Résumé :

 L'amour ne faisait pas partie des plans de Nora Grey. Elle n'avait jamais été particulièrement attirée par les garçons de son école, même si sa meilleure amie, Vee, faisait tout pour ça. Mais ça, c'était avant l'arrivée de Patch.

Avec son sourire et ses yeux qui semblent voir à l'intérieur d'elle-même, Nora est attirée vers lui malgré elle. Mais après une série de rencontres effrayantes, Nora ne sait plus en qui avoir confiance. Patch apparaît partout où elle est et semble en savoir plus sur elle que ses meilleurs amis. Elle ne sait trop si elle doit lui tomber dans les bras ou s'enfuir. Et quand elle décide de chercher des réponses, elle entrevoit une vérité plus troublante encore.




Mon avis :

Comme je ne fais pas les choses à moitié et que je déteste avoir une saga en cours, j'avais acheté les trois tomes de cette saga. Qui restaient dans ma biblio principale, loin de ma PAL du mois. Sauf que je suis dans ma période romance paranormale, et que je m'enfile toutes les sagas de ce genre qui me tombe sous la main, donc je l'ai enfin ouvert, et là tout de suite je n'ai qu'une envie, ouvrir le tome 2...


Nora est plutôt convaincante, ses sentiments pour Patch évoluent et je trouve que c'est plutôt crédible. Elle combat ce qu'elle ressent mais suit son instinct. Et franchement je la comprends, comment ne pas être fasciné par ce type ? A part son nom... Oui son nom est éliminatoire, Patch... On a l'explication dans le roman, et même si ça passe, quand même Patch c'est très laid, et je trouve l'auteur vache de l'avoir affublé d'un surnom pareil. Mais vu que c'est la seule négative que j'ai envie de dire sur lui, c'est pas si terrible.

J'adore leur relation, cette confrontation permanente, que ce soit au début alors qu'on apprends à les connaître, où plus tard dans le roman lorsque leurs motivations sont révélées. Beaucoup de questions se posent, mais leur évolution est vraiment belle, et je me suis attachée à eux deux ensemble. Leurs rencontres sont toujours électriques, j'adore !

Nora, quand elle n'est pas avec Patch est quand même intéressante. Elle est forte et intelligente, mais surtout j'adore sa manière de foncer en se disant  "C'est une mauvaise idée, je ne devrais pas le faire... Et puis merde, autant en finir. " Vraiment attachante cette petite !


L'histoire en elle même est pas mal, même si elle n'a pas grand chose d'originale, ce sont plus les personnages que l'ont a envie de suivre. Les anges sont un sujet plutôt commun en littérature, et Becca Fitzpatrick ne révolutionne pas le genre avec ses idées, mais elle a le mérite de tenir en haleine et de laisser pas mal de surprises au lecteur. Mais elle mène bien son fil, au moins sur ce tome, et les questions qu'elle pose, les histoires en place donnent envie de connaître la suite. 

C'est donc ce que je cours faire, en plus il fait beau, autant en profiter avec un bon roman, facile à lire !

Bonne lecture, et bon week-end à ceux qui liront ce billet !

lundi 21 mai 2012

Féealy Mage - Rawia Arroum

3 commentaires

Résumé :

Kaïmon Seignor est riche. Son nom et son appartenance à l'une des plus anciennes failles de Gwedells suscitent le respect chez les autres. Populaire, drôle, sociable, il ne s'attend certainement pas à ce que son petit monde parfait bascule dans le cauchemar. Ni qu'une erreur de jeunesse puisse être la cause de ce tourment et encore moins que son impassible sœur jumelle puisse jouer un rôle dans cette situation.

Bienvenue dans le monde des Gwedells où tout est féerique. En apparence seulement...




Mon avis : 

Merci au éditions Persée et aux Agents Littéraires de m'avoir permise de découvrir ce roman !


Ce roman fut une surprise complète, je ne m'attendais pas à être propulsée aux milieux des créatures magiques de mon enfance, je ne m'attendais pas à ce que le héros soit une fée, je ne pensais pas lire de la fantasy jeunesse (le résumé est trompeur), et définitivement je ne m'attendais pas à être aussi absorbée par l'histoire !

Kaïmon est au premier abord le héros classique, jeune (16ans) , riche, d'une bonne famille, et beau en plus ! Mais il est également intelligent, très drôle et assez maladroit. Toutes ces qualités mises bout à bout donne un personnage terriblement attachant, dans ses faiblesses et ses forces. J'ai eu un gros coup de cœur pour ce personnage inattendu à l'humour ravageur.
Ses deux meilleurs amis, Liac et Manel m'ont au contraire plutôt agacé au début, ils me semblaient moins bien décrit que Kaïmon, mais finalement je me suis attaché à eux. Si au début ils passent pour des faire-valoirs, ils prennent de l'importance au fur et à mesure, et je me suis rendue compte de l'équilibre de ce trio improbable. J'ai un peu regretté que certains signes fassent penser aux préludes d'un triangle amoureux, mais de manière forte surprenante je me suis mise à imaginer que Liac et Kaïmon ferait un très beau couple.. Un couple gay en fantasy n'est pas commun, mais ces deux-là seraient vraiment mignons ! Enfin ce ne sont là que quelques pensées, ce chapitre n'est pas abordé dans ce tome...

D'autres personnages gravitent autour d'eux, plus ou moins importants, mais la plupart ont cette faculté de surprendre le lecteur. Beaucoup moins prévisibles qu'il n'y paraît, l'ensemble des personnages sont attachants et portent merveilleusement bien l'histoire. J'ai parfois regretté les descriptions, un peu trop listées à mon goût (cheveux, yeux, ailes, taille, parfois le nom des parents et profession, trop de détails, surtout pour des personnages qui n'apparaissent qu'une ou deux fois, et quand l'auteur présente de la même manière une dizaine de personnages en même temps, je me suis sentie perdue au milieu d'informations qui ne me semblaient pas utiles).

L'histoire est prenante, assez touffue pour être intéressante même pour un adulte, sans être trop complexe (sauf les descriptions des personnages comme je l'ai déjà écrit). J'ai particulièrement apprécié la mythologie créée par l'auteur, sa conception de la magie et des créatures « imaginaires » est plutôt originale, et je pense que ça mérite plusieurs tomes, pour bien creuser l'histoire. J'ai par contre regretté un petit manque de cohérence, surtout au niveau de la conversion des années, je n'ai pas pris le temps de faire les calculs, mais il y a un couac dans l'histoire, en tout cas ce détail m'a parfois fait poser le livre. Heureusement, l'histoire de Kaïmon est très sympathique, je m'attendais à un roman plus prévisible, alors que, au contraire, les rebondissements m'ont vraiment surprise. Un excellent moment en définitif.

La seule chose qui m’ait réellement gêné lors de ma lecture est le style d'écriture. Il est très simple à lire, mais la nuance entre simple et basique est faible. En fait c'est plutôt l'absence d'un style qui m'a dérangé, il n'y a rien à dire de précis la-dessus, ce n'est que mon ressenti, mais ce roman m'a donné l’impression que le fond avait été réfléchie, mais pas la forme.
Une des choses qui me fait écrire ça, ce sont le annotations pour les explications des mots de Féealy Mage, les noms propres par exemple; au début ces annotations sont faites en bas de page, ce qui donne un côté « note du traducteur » que je trouvais assez sympa, puis ces explications se trouvent dans le texte entre parenthèses, ce qui par contre gâche un peu l'ambiance. Puis un peu plus tard on retombe sur des annotations en bas de page. Je trouvais que ça manquait d'uniformité, ça donne un côté brouillon assez peu engageant.

Dernière chose, qui cette fois a à voir avec l'éditeur, ce roman aurait eu besoin d'une relecture avant publication. Les fautes, les passage écrit en caractère gras (sans aucune raison apparente) et les oublis d'espaces, même si ça ne gêne pas la lecture, ça ne fait ni professionnel, ni sérieux.

Malgré ces derniers mots assez négatif, j'ai vraiment apprécié ma lecture. J'espère que l'auteur corrigera certains manque de cohérence dans le deuxième tome dont je guetterais la sortie !

vendredi 18 mai 2012

Les mangeurs de Rêves - Gordon Dahlquist

2 commentaires


Résumé:


« Ce livre renferme l'aventure la plus intrigante qu'on puisse imaginer... Tout commence par une lettre de rupture, dans laquelle Roger Bascombe annonce sans ménagement à Miss Temple qu'il annule leurs fiançailles. L'imbécile ! Ignore-t-il qu'une femme bafouée est l'adversaire la plus dangereuse qui soit ? Car l'impétueuse Miss Temple entreprend de le suivre. Elle pousse les portes du manoir d'Hartschmort et découvre un monde aussi irrésistible que terrifiant où se croisent libertins costumés, princes dépravés, comtesses meurtrières et savants fous... Or ces sinistres individus ont pour seul point commun un projet monstrueux : emprisonner les souvenirs et contrôler les consciences. »
 





Mon avis :

Il est assez compliqué de définir ce roman en un seul genre, à la fois policier, science-fiction, romance et bien d'autres encore.
Les mangeurs de rêves est un livre conséquent, 736 pages découpées en seulement 10 chapitres. Chaque chapitre suit le point de vue d'un des trois personnages principaux, qui donnent leur voix à tour de rôle.

Miss Temple, la première, ouvre le bal dans le premier chapitre, entêtée et intelligente, elle est prête à tout pour comprendre le rejet de son ex-fiancé. Puis vient le Cardinal Chang, personnage mystérieux, un assassin dont la victime à été tuée avant son arrivée. Le dernier, le Docteur Svenson, médecin d'un prince qui s'est fait enlevé. Si ce sont eux les héros, ils sont entourés d'une multitude de personnages secondaires. Le risque lorsqu'il y en a beaucoup comme c'est ici le cas, c'est de se perdre ou d'en confondre certains, mais l'auteur nous épargne cette peine en donnant à chacun un rôle et un caractère très différent. Ils sont tous, sans aucune exception, surprenants et profonds, bien décrits et intéressants, il est rare de lire un roman dans lequel il y a tant de personnages sans qu'aucun ne semble déplacé.

En un mot, le roman est virevoltant. Que se soit dans les dialogues, très riches où on peut sentir que Gordon Dahlquist est un dramaturge avant d'être écrivain, ou bien dans l'action. Ce roman se déroule en quelques jours, donc tout va très vite, les héros courent et se battent. Maniant aussi bien le sabre que le sarcasme, l'ensemble est à la croisée du roman de cape et d'épée, pour l'ambiance pré-révolution industrielle, et de la science-fiction, avec des inventions alchimiques dans une société corrompue. Mais ne croyez pas que l'auteur s'arrête là, l'humour est un élément capital des dialogues. Un autre point important, ce roman n'est pas à mettre entre toutes les mains, une grande partie de l'intrigue reposant sur l'érotisme, certaines scènes sont à réserver aux adultes.

J'ajoute qu'une suite existe, même si elle n'est pas nécessaire, et encore heureux vu qu'elle n'a pas été traduite en fançais ! Dispo uniquement en anglais donc pour ceux qui aimeraient vraiment l'univers créé. Oui je l'ai commandée, vous en lirez sûrement mon avis sur ce blog un jour ! 

En résumé, un roman passionnant et bien écrit, servis par des personnages hauts en couleurs, je vous le conseille !



Lu, chroniqué et publié dans le Litté mag' n°4 !

samedi 12 mai 2012

PS: I love you - Cecilia Ahern

3 commentaires

 
Résumé :


Quand on trouve l'âme sœur, on croit que le bonheur durera toujours. C'est ce que pensait Holly jusqu'à ce que son Gerry ne meure d'une terrible maladie. A trente ans, Holly se retrouve seule, démunie, sans espoir. Mais Gerry lui réserve une ultime surprise. Il lui a laissé dix lettres qui forment une " liste " de choses à accomplir pour réapprendre à vivre. Par-delà la mort, Gerry lui adresse un message d'amour et de courage : elle doit apprendre à être heureuse sans lui, malgré le lien fort qui les unissait. Holly va affronter sa douleur pour réaliser, entre rires et larmes, que la vie vaut malgré tout la peine d'être vécue.




Mon avis :

J'avais adoré le film, et depuis je souhaitais lire le livre dont il était tiré. J'ai aimé le livre tout autant, peut-être même plus. J'ai un peu moins pleuré, mais j'ai plus facilement souris. Un livre superbe, et une des plus belles histoire d'amour de la littérature actuelle.

L'histoire entre Gerry et Holly est vraiment magnifique. J'ai envie de pleurer rien qu'en essayant d'en parler. L'amour plus fort que la mort, l'expression prend tout son sens. Alors qu'il est mourant, Gerry prévoit que sa femme aura encore besoin de lui pour réapprendre à vivre et va l'accompagner, au moyen de lettres. Cette relation par delà la mort est bouleversante, et même si à aucun moment on n'envie le sort de Holly, je n'ai pas pu m'empêcher de me demander si mon cher et tendre ferait une chose pareille pour moi dans ses conditions. Je l'espère en tout cas, car la manière dont Gerry encourage Holly à sourire, à sortir et à recommencer à vivre sans lui est magnifique.
Holly est tellement touchante, elle tente de garder la face et semble reprendre courage. En tout cas elle fait tout pour que se soit se que son entourage croit. Elle prétend être forte, mais elle est très intelligente, et on sent que l'auteur à beaucoup réfléchit aux questions que se pose Holly. Le combat qu'elle mène au jour le jour, sa façon d'être et de réagir, tout est vraiment crédible, réfléchi.

Les autres personnages ne sont pas en restes, ils se débattent comme ils peuvent pour aider leurs amie, mais tout en faisant eux-même leur deuil. J'ai aimé que ce point de vue aussi soit abordé, après tout il n'y a pas que la veuve qui soit malheureuse dans un décès, mais bien souvent le reste du monde est oublié, pas ici. Ces autres personnages, amis et famille et leur perte est abordé de manière plus légère, plus pudique, mais les réflexions qui les entourent sont encore une fois très réfléchies.

Cecilia Ahern a une écriture très douce et naturelle. Elle traite son sujet avec beaucoup de profondeur mais sans trop en faire dans le mélo. Encore une fois il en ressort de sa part une très belle réflexion sur la mort, l'amour, le deuil, mais elle est capable de faire pleurer, puis rire dans la même scène.

Un roman superbement écrit, sur une histoire d'amour inoubliable. Un coup de cœur évidemment !

Lu dans le cadre  d'une LC avec : Mimigogotte - agnes - fée-tish - Myiuki22 - stellade - Chtitepuce - Yumiko - Dex

vendredi 11 mai 2012

Bilan Avril 2012

0 commentaires
Qu'ai-je lu en Avril ? Où sont les billets ? Tout ça et bien plus encore dans mon bilan d'Avril !






Birth Marked, tome 1 : Rebelle - Caragh M. O'Brien

Ma note :
 
Pas de billet ! Je n'ai pas beaucoup apprécié cette lecture, surtout à cause de l’inconsistance de l’héroïne et de l'histoire en général. Certaines choses sont assez originales, mais pas suffisamment pour me donner envie de lire la suite.








La quête d'Ewilan tomes 2 et 3 - Pierre Bottero










 Dune, tome 1 -  Frank Herbert
 
Ma note : ❤❤

Un énorme coup de cœur pour cette saga culte, qui commence sur un tome absolument captivant, une œuvre que j'ai savouré, et dont les autres tomes vont rapidement s'empiler (et il y en a beaucoup dans la saga, ça me laisse de la marge).
Par contre le film est terrible, je lui discerne la palme de la pire adaptation jamais réalisée !





 
 
 Là où j'irai - Gayle Forman

 Ma note : ❤❤

J'ai lu le premier tome il y a peu, et son souvenir était encore frais en entamant Là où j'irai. L'ambiance est un peu plus adulte, raconté du point de vue d'Adam, c'est un très beau roman, touchant, qui se lit dans la journée. Gayle Forman est décidément une auteur que je vais suivre !







  

Les Bannis et les Proscrits, tome 2 : Les Foudres de la Sor'cière -
 James Clemens

 Ma note : ❤❤








Orgueil et Préjugés - Jane Austen
 
Ma note : ❤❤

Pas de billet, je l'ai lu dans le cadre d'une LC mais la vrai vie à repris ses droits et je n'ai pas pris le temps de faire mon billet. En résumé j'ai aimé passionnément ce livre, qui rentre dans la très courte liste de romans que je compte lire jusqu'à le connaitre par cœur.







PS : I love you - Cecilia Ahern

Ma note : ❤❤








 

 Promise - Ally Condie

Ma note : ❤❤

J'ai beaucoup aimé Promise, l'histoire est très douce, et les deux héros ont une relation touchante. J'ai hâte de lire la suite.








Lexi Smart à la mémoire qui flanche - Sophie Kinsella 

Ma note :

Une immense déception ! Le résumé me plaisait depuis un bail, mais ma lecture m'a semblé aussi longue que l'attente ! J'ai trouvé Lexi ennuyante, les autres personnages sont trop caricaturaux, une histoire cousue de fil blanc avec une morale gentillette. Bref celui-là n'était pas pour moi !







Pandemonium - Lauren Oliver 

Ma note : ❤❤

Lien vers le billet !








Et voilà, pour le mois d'avril ce fut donc 11 livres de lus dont 2 en anglais ( Dune et PS : I love you ), pour un total d'environ  4500 pages, ce que je trouve plutôt pas mal !

Bonne lectures pour ce moi de mai, et à très vite !